Stratégie

Une fois les enjeux identifiés, six objectifs stratégiques ont été définis en concertation.
La déclinaison de ces objectifs a conduit à définir six orientations d'actions ( Cinq par type de milieux et une "transversale")

Voir plus

Les six objectifs stratégiques

 1.       Conserver des réservoirs de biodiversité riches et connectés

Les réservoirs de biodiversité constituent au moins localement des hauts-lieux qu’il convient de préserver à l’aide d’outils réglementaires. Ainsi les zones les plus remarquables sur le plan écologique sont partiellement couvertes par différentes mesures de protection et de gestion (réserves naturelles, Natura 2000…). Ces outils restent relativement ponctuels et doivent être complétés par d’autres types d’outils (documents d’urbanisme, démarches de projets…). Ces zones d’intérêt écologique doivent également bénéficier d’une gestion pérenne sur le long terme.

2.       Préserver et restaurer des connexions écologiques

Les espèces animales et végétales doivent pouvoir se déplacer dans de bonnes conditions, afin de maintenir durablement leurs populations et s’adapter aux changements de l’environnement. Il s’agit de garantir le déplacement des espèces sur le territoire en conservant des corridors fonctionnels entre les réservoirs de biodiversité par des actions de préservation et de restauration de zones dégradées (résorption de points noirs).

3.       Préserver la qualité globale de la matrice paysagère

Le massif du Pilat est marqué par la présence d’une matrice paysagère de qualité : zones bocagères, forêts, zones humides… Cette « nature ordinaire » se dégrade progressivement du fait de l’urbanisation, des changements de pratiques agricoles et sylvicoles et d’autres évolutions. Il est nécessaire de maintenir les identités écologiques du massif en conservant les caractéristiques de la biodiversité et des paysages du Pilat. Ce maintien passe par la protection de la qualité de ces paysages (contrôle de l’urbanisation, préservation des haies, prairies, forêts feuillues…).

4.       Intégrer la démarche dans un cadre plus large

La démarche de Trame verte et bleue engagée par le Parc se doit d’être inscrite dans une réflexion globale prenant en compte l’ensemble des décisions et interventions menées sur le territoire. Il est en effet nécessaire d’assurer une cohérence, voire une synergie, entre l’ensemble des politiques intervenant sur le territoire afin que la trame verte et bleue soit bien appréhendée.

5.       Favoriser une démarche concertée en faveur de la trame verte et bleue

En lien direct avec l’objectif ci-dessus, des efforts importants d’information, communication et formation autour de la démarche Trame verte et bleue doivent être menés pour une prise de conscience des enjeux et une appropriation par les acteurs locaux. Même si les mesures réglementaires ont toute leur utilité, il convient de privilégier les démarches de projets, où la préservation et la restauration de la trame verte et bleue résultent d’une forte concertation et d’une réelle appropriation locale.

6.       Suivre et évaluer l’action entreprise

En plus des objectifs précédents, il sera nécessaire de prévoir un suivi des actions engagées et de leur bonne mise en œuvre.