Charte forestière du Pilat

La charte forestière du massif du Pilat en faveur de la multifonctionnalité de la forêt : production de bois, préservation de la biodiversité et rôle social.

La charte forestière est une démarche engagée à l’échelle du Pilat et portée par le Parc. Elle rassemble nombre d’acteurs en relation avec la forêt (propriétaires et gestionnaires forestiers, professionnels du bois, chasseurs, associations de protection de la nature, élus, …), qui en constituent le comité de pilotage. Ce comité s’est fixé plusieurs axes de travail, dans le but de mieux mettre en valeur la multifonctionnalité de la forêt (voir ci-dessous « Multifontionnalité »).

Parmi les objectifs définis par le comité de pilotage, la charte forestière encourage une gestion et une exploitation durable des forêts, dans le respect de la biodiversité et des milieux naturels.
Dans ce cadre, le Centre Régional de la Propriété Forestière (CRPF) mène un important travail auprès des propriétaires forestiers, afin de développer une gestion mutualisée, économiquement plus rentable, et préservant les éléments favorables à la biodiversité (bois mort, micro-habitats pour la faune, …).
Les bûcherons du Pilat, réunis en association à l’échelle du Pilat, ont été accompagnés par la charte forestière pour acheter des kits de franchissement de cours d’eau, permettant de réduire l’impact de leurs chantiers d’exploitation sur les ruisseaux.

Un autre volet d’action consiste à mieux faire connaître aux habitants la forêt du Pilat, la filière bois locale et les possibilités d’utilisation du bois.
Pour cela, une fête de la forêt a été organisée à Saint Romain les Atheux, en 2013, puis à la Croix de Chaubouret en 2018, permettant aux professionnels de faire découvrir leur métier aux visiteurs venus en nombre.

Par ailleurs, un martelloscope est installé en forêt communale de Pélussin. Ce dispositif permet aux utilisateurs de se glisser dans la peau d’un forestier devant décider d’une coupe dans sa parcelle.

Martelloscope

De nombreuses autres actions ont été portées par les différents partenaires de la charte forestière, au cours de ces 7 années : développement de nouveaux débouchés pour le sapin local, connaissance et préservation des forêts anciennes, suivi de l’impact des chevreuils sur les sapinières, organisation d’un concours SylvoTrophée, etc.

Bilan charte forestière 2012-18

Etude forêt anciennes Pilat 

Concours Sylvotrophée

Contact au Parc : Mehdi Becuwe, animateur de la charte forestière du Pilat

« Multifonctionnalité »

Vous avez dit… « multifonctionnel » ?
Plusieurs rôles (ou fonctions) sont attribués à la forêt, que l’on peut regrouper en 3 types :

  • le rôle de production : principalement la production de bois, mais la production de miel, de champignons, de liège … peuvent parfois s’y ajouter,
  • le rôle de protection : protection des sols contre l’érosion, protection de la biodiversité, de la qualité de l’eau, atténuation des changements climatiques,
  • le rôle social : cadre de vie et qualité des paysages, lieu de promenade, de loisir, d’inspiration…

Une forêt est gérée de manière « multifonctionnelle » lorsque ces 3 grandes fonctions sont prises en compte dans les choix de gestion.

« Carbone »

Les forêts luttent contre le changement climatique !

Le CO2, relâché en grande quantité dans l’atmosphère depuis le début de l’ère industrielle, est la cause principale des changements climatiques que nous connaissons.
Or les arbres en consomment en poussant, par la photosynthèse. Tant que ce CO2 est piégé dans le bois, il ne participe pas à l’effet de serre : on parle de séquestration du carbone.Si l’arbre meurt et se décompose en forêt, il participe à la préservation d’une biodiversité importante. Cependant, les micro-organismes qui dégradent le bois rejettent le CO2 qui y était séquestré. Lorsque le bois est utilisé en planches, en poutres, etc, sa durée de vie est prolongée et le CO2 qu’il contient est immobilisé plus longtemps : on dit que le carbone est stocké.

Enfin, la production de béton, d’acier ou de plastique nécessite énormément d’énergie, ce qui génère une importante quantité de CO2. Lorsque l’on utilise du bois en remplacement de ces matériaux, on évite la majeure partie de ces émissions : il s’agit de l’effet de substitution.

Séquestration, stockage et substitution (‘les 3 S’) font qu’une forêt gérée de manière durable permet de lutter efficacement contre le changement climatique. C’est dans cette optique que le Parc du Pilat s’est engagé dans la démarche proposée par Sylv’ACCTES : aider financièrement les propriétaires qui s’engagent dans une gestion sylvicole vertueuse

Plus d’informations sur Sylv’ACCTES

Forêt

Martelloscope du Pilat Charte forestière du Pilat