Favoriser les continuités écologiques

Afin de faciliter les déplacements des espèces animales et végétales indispensables à leur vie, le Parc du Pilat s’engage pour renforcer les continuités écologique avec le Contrat vert et bleu Grand Pilat.

Les continuités écologiques, qu’est-ce que c’est ?

Pour compléter leur cycle de vie, les espèces animales et végétales doivent répondre à différents besoins : se nourrir, se reproduire, etc. Pour cela, elles se déplacent en utilisant différents milieux naturels, interconnectés entre eux :

  • Les réservoirs de biodiversité sont des lieux de bonne qualité écologique, qui permettent aux espèces de se nourrir, se reproduire, et de s’abriter.
  • Les corridors écologiques permettent aux espèces animales et végétales de se déplacer d’un réservoir de biodiversité à un autre. Les déplacements peuvent être quotidiens (recherche de nourriture et d’eau, chasse, recherche d’abri, etc.), ou saisonniers (migration, recherche de partenaires, recherche de nouveaux territoires, etc.).

L’ensemble des réservoirs de biodiversité et des corridors écologiques sont appelés les continuités écologiques.
Les activités humaines se développant, certains aménagements peuvent devenir des obstacles à cette circulation naturelle. Différents moyens d’action visent à protéger et reconstituer ce réseau d’espaces naturels, affecté par l’urbanisation.


Schéma illustrant le fonctionnement des continuités écologiques. © Fonds international pour la protection des animaux. https://ifaw.org

Et la trame verte et bleue, c’est quoi ?

Le dispositif « trame verte et bleue » (TVB) est un outil de réglementation français permettant l’amélioration et la restauration des continuités écologiques.
La trame verte correspond aux continuités écologiques terrestres : Les forêts, les prairies bocagères, les landes et les pelouses,
La trame bleue correspond aux continuités écologiques aquatiques : Les cours d’eau et les zones humides.

Schéma illustrant la trame verte et bleue composée de différentes sous trames. © UMS PatriNat

Plus d’informations sur  www.trameverteetbleue.fr

Comment le Parc du Pilat favorise les continuités écologiques ?

Avec l’urbanisation croissante, les espèces ont de plus en plus de mal à se déplacer et compléter leurs cycles de vie. Les infrastructures humaines empiètent sur les habitats naturels, causant de nombreux effets négatifs sur la biodiversité (mortalité par collision avec des véhicules, stress, isolement des individus et des populations, consanguinité…). Favoriser les continuités écologiques permet de limiter ces impacts négatifs.
Par le biais du contrat vert et bleu (CVB), le Parc du Pilat met en place des actions d’amélioration des continuités écologiques. Avec une quarantaine de partenaires différents, des opérations en faveur de la biodiversité sont conduites sur un Pilat élargi.

Concrètement, quelles sont les actions mises en place ?

Après un premier contrat sur la période 2014 – 2018, le Parc coordonne aujourd’hui le Contrat Vert et Bleu (CVB) Grand Pilat (2019-2023).
Ce sont au total 70 actions portées par une trentaine de maîtres d’ouvrages différents, qui œuvrent sur le territoire.

Plantations de haies

Les haies constituent un support important pour les déplacements de la faune. Leur absence peut rendre les déplacements plus périlleux, par exemple pour les petits mammifères qui seraient moins protégés de leurs prédateurs. Plusieurs milliers d’arbres seront plantés par 5 structures impliquées dans le CVB afin d’améliorer le maillage bocager et le linéaire de haies. Photo : Plantation de haies © Communauté de Communes du Pays Mornantais

Suppression de seuils

Les cours d’eau peuvent être ponctués d’obstacles comme des buses, des petits barrages, ou des tuyaux de canalisation qui constituent des seuils. Il est prévu de modifier, voire de supprimer ces ouvrages afin de laisser les espèces aquatiques circuler librement.

Création ou restauration de mares

Les zones humides sont des milieux rares et en forte régression. Pourtant les mares sont un milieu essentiel pour les espèces qui dépendent de l’eau pour réaliser leur cycle de vie, comme certains invertébrés (libellules et demoiselles) ou les amphibiens. Recréer des réseaux de mares permet de favoriser ces espèces.

Création d’une mare sur l’exploitation agricole de La Petite Gallée, sur la commune de Millery. © Communauté de Communes de la Vallée du Garon.

Équipement de la faune avec des collier GPS

En partenariat avec la Fédération régionale des chasseurs Auvergne Rhône-Alpes, des chevreuils et sangliers ont été équipés de colliers GPS afin d’identifier leurs déplacements quotidiens. Des éventuels points de conflits avec des routes et des autoroutes ont ainsi été localisés. Ils pourront dans le futur être restaurés ou améliorés.
Sanglier équipé d’un collier GPS. © Fédération Régionale des Chasseurs Auvergne-Rhône-Alpes

Pour aller plus loin…

Plus de détail du Contrat vert et bleu grand Pilat

La trame verte et bleue

 

Milieux naturels

Observatoire de la biodiversité Mieux connaître la nature Veille environnementale Favoriser les continuités écologiques Préserver les sites Natura 2000